Nous suivre

     

Nous contacter

Domiciliation

Maison des associations
2bis passage du Moutier
94800 Villejuif

07 82 33 15 72

Cerhom se tient à votre disposition pour répondre à vos questions ou demandes


Prendre contact

Sites partenaires

Voici nos partenaires sur le web

Nos tweets

Les actualités de CerHom

Une moustache pour un mois

Cerhom - Actus - Jeudi 06 Novembre 2014


Une moustache pour un mois, pour que toute l'année nous puissions faire reculer ensemble le cancer de la prostate et le cancer du testicule: membres et amis de l'association Cerhom, proches de l'Institut Gustave Roussy, à vos moustaches et à vos dons!
 
http://fr.movember.com/team/1683665

Lire la suite...

Les hommes, prenez soin de vos testicules!

Cerhom - Revue de presse - Dimanche 19 Octobre 2014


http://www.dhnet.be/conso/lifestyle/hommes/les-hommes-prenez-soin-de-vos-testicules-543ce58235708a6d4d5e0299

Une vidéo hilarante pour sensibiliser les hommes au dépistage du cancer des testicules.
 
Personne n'est passé à côté, cet été, du “Ice Bucket Challenge” pour lutter contre la maladie de Charcot. L'impact était énorme! Mais, cet automne, place au « Feeling Nuts ». Les people et les simples internautes se lancent un nouveau défi: celui de se prendre en photo occupé à s'agripper les testicules, pour ensuite partager l'image sur les réseaux sociaux avec le hashtag #FeelingNuts. L'objectif: encourager les hommes à s'autopalper pour un dépistage le plus précoce possible du cancer. Plusieurs célébrités ont d'ailleurs joué le jeu jusqu'à présent grâce à cette initiative virale lancée par l'association anglaise « Check one two ».
 
« Ne laissez pas le cancer des testicules prendre vos joyaux de la couronne », c'est d'ailleurs le message que transmet cette association, via ce petit duo (voir vidéo) hilarant, pour tenter de vous convaincre de l'importance de ce dépistage.


Lire la suite...

Le congrès de l’ESMO

Pr Karim Fizazi - Actus - Samedi 18 Octobre 2014


Le congrès de l’ESMO (European Society of Medical Oncology) a eu lieu début octobre à Madrid. Il s’agit de loin du plus grand rendez-vous européen annuel en cancérologie. Plusieurs informations majeures ont été communiquées concernant le cancer de la prostate :

-           L’efficacité du docetaxel (une chimiothérapie) chez les patients chez lesquels des métastases osseuses multiples sont présentes dès le diagnostic semble se confirmer : chez ces patients, une augmentation des chances de survie de 40% environ est rapportée dans une étude américaine. D’ici l’été prochain, la mise à jour d’une étude française similaire ainsi que les premiers résultats d’une étude anglaise devraient permettre d’établir si oui ou non l’emploi du docetaxel devient le nouveau standard de traitement, en plus de l’hormonothérapie traditionnelle, chez ces patients.

-           Les résultats définitifs de l’étude COU-302, une vaste étude comparative qui évaluait l’abiraterone, une hormonothérapie de nouvelle génération, chez les patients dont le cancer métastatique était devenu résistant à l’hormonothérapie conventionnelle, ont été présentés pour la première fois. Ils étaient très attendus car nous savions depuis deux ans que ce médicament impactait très favorablement le risque de progression du cancer (la « survie sans progression » est doublée dans l’étude) mais sans savoir si la survie globale était également favorablement impactée. C’est effectivement le cas et l’impact de l’emploi précoce de l’abiraterone est d’autant plus méritant qu’une proportion importante de patients du groupe contrôle de l’étude ont été traités par abiraterone lorsque leur cancer a progressé. Ces données permettent d’établir formellement le rôle de l’abiraterone comme un des traitements standards dans cette situation. En France, un remboursement de ce médicament a pu être obtenu dès le mois de mars dernier dans cette indication.

-           Les résultats à long-terme d’une étude évaluant l’ipilimumab, un médicament d’immunothérapie, chez les patients atteints de métastases et pré-traités par docetaxel, ont été présentés : ils montrent pour la première fois que ce médicament qui stimule l’immunité anti-tumorale augmente les chances de survie des patients à long-terme. Cependant, ceci est contre-balancé par un effet délétère au cours des toutes premières semaines de traitement, probablement parce que l’immunité est trop stimulée chez certains patients trop fragiles qui ne peuvent pas le tolérer. Une deuxième étude est en cours chez des patients moins avancés dans leur maladie et en meilleur état général : ses résultats sont attendus avec impatience courant 2015.
 
Pr Karim Fizazi, 17 octobre 2014
 

Lire la suite...